share on:

L’hypercapnie s’avère une maladie respiratoire très dangereuse. Sa cause relève principalement des conséquences liées aux avancées impressionnantes de la technologie affectant notre écosystème.  En effet, ces dernières ont favorisé un taux assez élevé et croissant du CO2 dans la nature. Ce qui a déclenché plusieurs maladies respiratoires telles que : l‘hypercapnie. Ainsi, que peut-on donc savoir sur l‘hypercapnie ? Nous vous présenterons dans cet article tout le nécessaire à savoir sur cette maladie.

 

L’hypercapnie : qu’est-ce que c’est ?

L’hypercapnie, également appelée hypercarbie, n’est rien d’autre qu’une augmentation partielle et pathologique de la concentration de CO2 dans le sang. Elle consiste en une pression artérielle anormalement élevée du dioxyde de carbone dans le sang.

Ce qui entraîne plusieurs perturbations respiratoires chez les personnes concernées. Il s’agit donc, d’une surcharge artérielle du sang en CO2 ou d’un excès du dioxyde de carbone dans le sang. L’hypercapnie peut être en effet, sous deux différentes formes : une forme chronique et une forme aiguë.

Elle est chronique lorsque le corps s’y est habitué et s’est adapté. Il récupère de ce fait dans les urines, des bicarbonates qu’il utilise pour tamponner le sang et maintenir un pH sanguin à 7,4°. Elle est aiguë lorsqu’elle est associée à une acidose de diminution du pH sanguin ainsi qu’à une diminution du dioxygène. Ainsi, l’hypercapnie est classée dans la catégorie des maladies graves comme l’escarre Stade 4 à éviter.

hypercapnie

 

Hypercapnie : les causes de cette maladie

Deux principales causes expliquent la survenance de l’hypercapnie. L’hypercapnie peut être due en effet, à une inhalation trop riche de CO2 ou à une hypoventilation. Dans le premier cas, il s’agit de l’inhalation d’un air assez pollué ou très riche en dioxyde de carbone.

Lire aussi  Soins infirmiers : Les missions des agents hospitaliers

Vous courez ainsi, un grand risque de contracter l’hypercapnie si vous restez ou travaillez dans un endroit entouré d’usines. Ou encore dans un endroit fréquemment pollué par les moyens de déplacement. La pollution atmosphérique et le confinement de l’atmosphère sont ici, ses facteurs de déclenchement.

Dans le second cas, il s’agit d’une diminution de la ventilation pulmonaire encore appelée hypoventilation. Ses facteurs de déclenchement seraient, alors, une diminution de la fréquence respiratoire et une insuffisance respiratoire. Ils peuvent également causer, une baisse de la sensibilité des centres respiratoires.

 

Hypercapnie : les symptômes ou manifestations

La présence ou la survenance de l’hypercapnie s’explique par plusieurs symptômes ou manifestations de la part des personnes atteintes.

L’hypercapnie peut en effet s’expliquer par :

  • une forte et excessive transpiration ;
  • une désorientation régulière et fréquente ;
  • une hypertension artérielle ;
  • un flapping tremor ou une confusion totale ;
  • un état de somnolence allant jusqu’au coma ;
  • des céphalées ;
  • une vasodilatation cutanée ;
  • une infection conjonctivale ;
  • un état de fatigue régulier ;
  • des larmoiements ;
  • un trouble de conscience ;
  • des sueurs, etc.

Autant de manifestations et symptômes pouvant permettre de détecter la présence de l’hypercapnie.

 

Comment diagnostiquer l’hypercapnie ?

L’hypercapnie se diagnostique à partir d’une mesure des gaz du sang. Le médecin traitant devra alors effectuer un examen du sang artériel sur une artériole, à partir d’une ponction artérielle . Il doit, de ce fait, prélever la pression de CO2 et le sang artériel dans l’artère radicale pour évaluation.

Pour réussir cependant à évaluer la pression artérielle en CO2, il doit d’abord effectuer un prélèvement de la gazométrie sanguine. Ce prélèvement du gaz de sang doit l’amener à mesurer : la PaCO2 et la pression partielle d’oxygène.

Il doit également l’amener à mesurer le HCO3 ; le PH et la SaO2. Une fois l’examen terminé, le médecin va détecter les modifications de la concentration de CO2 et de l’O2 dans l’organisme. Le diagnostic pourra donc aboutir à sa fin.

Lire aussi  Crp norme : Comment suivre cela dans son propre organisme ?

Méthodes de traitement

Pour traiter l’hypercapnie, le patient peut recourir à une assistance respiratoire. Cette assistance lui assurera un bon échange respiratoire à partir du traitement par ventilation non invasive.

C’est un traitement qui consiste à utiliser un appareil de ventilation pour réduire la fréquence respiratoire. L’appareil doit être constitué d’un masque qui sera relié à un autre appareil de ventilateur, pour être plus efficace.

Au cours du traitement par ventilation non invasive, l’air pressuré est envoyé directement dans les poumons du patient. Ce qui permet d’améliorer ses échanges gazeux. Un autre traitement de cette maladie consiste à traiter tous les facteurs ou maladies pouvant favoriser sa survenance.

Il s’agit entre autres des maladies telles que :

  • l’obésité ;
  • l’atteinte infectieuse ;
  • la maladie pulmonaire ;
  • l’intoxication médicamenteuse ;
  • la maladie neuromusculaire, etc.

Méthode de prévention

L’hypercapnie n’est pas une maladie impossible à prévenir. L’on peut parfaitement la prévenir et bien l’éviter. Pour ce faire, le meilleur moyen consisterait à arrêter avec le tabac et la nicotine.

Il est également important, de réduire considérablement la dose d’alcool ou des boissons alcoolisées. Il vous est donc, interdit de fumer et de consommer tout ce qui pourrait nuire à vos poumons. Vous devez, de ce fait, arrêter de boire les boissons alcoolisées et chercher à avoir une bonne alimentation équilibrée.

Vous devez ainsi consommer sain et équilibré tout en évitant l’obésité. Consommez à partir de l’instant présent, moins gras et moins sucré. Avec la mise en pratique de ces petites astuces, vous parviendrez sûrement à prévenir efficacement l’hypercapnie.